haut de la page haut de la page

Association de visibilité et de lutte contre les discriminations fondées sur le genre, le sexe et l’orientation sexuelle

Page d'Accueil

Rechercher :
Apéro Arc en Ciel le vendredi 4 (...)
Sur Poitiers, l’apéro Arc en Ciel est un lieu de convivialité, d’échange et de soutien spécifique aux communautés LGBTI (Lesbiennes, Gays, Bisexuel-le-s, Transgenres, Intersexués). Les apéros Arc en Ciel permettent de développer des solidarités face (...)
Festival Lesbien Gay Bi Trans et (...)
Le Centre LGBTI du Poitou organise du 17 mai au 3 juin 2018 la 5ème édition du "Festival Lesbien Gay Bi Trans et Intersexe du Poitou", au cours duquel aura lieu le samedi 2 juin la Marche des Fiertés Poitou-Charentes. Plus d’infos : (...)

 

Agrandir la vidéo
Voir toutes les vidéos
Interventions en Milieu Scolaire
[|Parce que l’homosexualité demeure encore un motif de discrimination, d’exclusion, d’agression autant qu’un sujet tabou, Parce que les différentes formes d’homophobie ou de lesbophobie et leurs conséquences sont encore insuffisamment (...)
Film de Shams : "Au pays de la (...)
Un film documentaire produit par l’association Shams décrivant la situation de la communauté LGBT+ en Tunisie. http://www.shams-france.org/ https://www.facebook.com/shamsfranc...
Nos partenaires :
Accueil > Vie des Assocs > Identité de genre : le gouvernement Français à la croisée des (...)

communiqué de presse de l’A.N.T

Identité de genre : le gouvernement Français à la croisée des chemins…

La France reste en queue de peloton en ce qui concerne les droits des personnes transgenres !

Lors du vote de la loi sur le harcèlement sexuel, en juillet 2012, le Parlement et sa majorité socialiste et le gouvernement via sa ministre des droits des femmes, Mme Najat Vallaud-Belkacem, n’ ont pas voulu reconnaître clairement l’identité de genre comme motif de discrimination dans la loi de la République. Une hypothétique “identité sexuelle” lui a été préférée, laissant l’identité de genre absente des textes français alors qu’elle est désormais une référence au sein des institutions européennes.

Cette prise de position gouvernementale traduit l’incroyable retard de la France dans le classement des nations respectant, ou non, les droits fondamentaux des personnes transgenres. L’Association nationale transgenre (A.N.T.) vient donc de mettre au point une carte récapitulative de la situation au niveau mondial en prenant comme critère le droit au changement d’état civil, préalable indispensable au respect des droits des personnes transgenres, à la lutte contre les discriminations et les violences liées à l’identité de genre.

Un préalable de stérilisation sur près de la moitié de la planète

Des États-Unis à la République de Russie, de l’Australie à la France, une majorité de pays réclame, avant toute procédure de changement de leur état civil, la stérilisation chirurgicale ou chimique des personnes transgenres. Cette situation a été fermement dénoncée, en 2007 par les juristes internationaux dans leur document « Les Principes de Jogjakarta », et en 2009 par le Commissaire aux droits de l’homme du Conseil de l’Europe alors en fonction, M. Thomas Hammarberg. Ce constat confirme l’urgence qu’il y a, pour les personnes transgenres, à voir leurs droits enfin respectés ; il renvoie tous les États, et tout particulièrement ceux qui se réclament des droits humains, à leurs responsabilités.

L’Argentine est le 1er pays à respecter les critères dictés par le Commissaire aux doits de l’homme du Conseil de l’Europe !

En juin 2012, un premier pays a pris une décision fondamentale pour les personnes transgenres du monde entier : l’Argentine permet désormais le changement d’état civil libre et gratuit pour les personnes transgenres dans une loi appelée « Ley de identitad de género » Quelle leçon pour la France qui, un mois plus tard, s’obstinera encore à ne parler que « d’identité sexuelle » ! On n’ose alors pas imaginer ce que serait le projet de loi du gouvernement sur la question du respect des droits des personnes transgenres, et particulièrement leur changement d’état civil, avec une attitude aussi rétrograde !

La France ne doit pas se tromper de chemin !

L’Association nationale transgenre rappelle que la seule voie pour que les droits des personnes soient pleinement respectés, c’est celle de l’intégration de l’identité de genre comme motif de discrimination dans les lois de la République, avec son corollaire, le changement d’état civil libre et gratuit, signé en mairie.

En conséquence, nous demandons au gouvernement français d’intégrer l’identité de genre dans l’ensemble des textes de loi, en particulier ceux ou ont été intégrés une très floue « identité sexuelle ».

Nous demandons également à la ministre de la justice, Mme Christiane Taubira, de prendre les mesures nécessaires pour ouvrir le dialogue avec l’ensemble des associations transgenres afin de présenter avant la fin de l’année un projet de loi garantissant aux personnes transgenres un changement d’état civil libre et gratuit, comme le préconise la Résolution 1728 (2010) du Conseil de l’Europe. Nous demandons aussi que l’ensemble des droits au travail, à l’éducation, à la santé soient respectés et que les lois de la République protègent les personnes transgenres mineures.

Le gouvernement actuel se doit de porter les valeurs de la République qui sont aussi les nôtres : Liberté, Égalité, Fraternité !

Pour l’Association Nationale Transgenre,
Delphine Ravisé-Giard
Secrétaire nationale

Association Nationale Transgenre
BP 43670
54097 NANCY Cedex
Site Internet : http://www.ant-france.eu
Mail : info@ant-france.eu
Mobile : +33 (0)6 14 69 63 51

Répondre à cet article

| Nous contacter | Association En Tous Genres | Suivre la vie du site RSS 2.0
N° Siret: 49512580900014